TRADITION ET ISLAM

 La valeur de l’islam. Dans le monde d’aujourd’hui, l’islam est la religion mondiale qui résiste le plus activement à la force du mondialisme. Cela rend le facteur islamique extrêmement important pour le front du traditionalisme. Dans cette guerre avec l’islam, les Etats-Unis et l’idéologue de la Fin de l’Histoire Francis Fukuyama ont même tenté d’introduire le terme d’« islamofascisme » pour mieux discréditer la foi. En tant qu’empire, les Etats-Unis tendent à désigner l’islam comme nouvel ennemi numéro un. C’est maintenant presque une position US officielle, alors qu’avec Bush elle était simplement formelle. Et par conséquent l’islam devrait être traité comme un champ de bataille prioritaire contre l’impérialisme US, le monde moderne et postmoderne et la mondialisation. Cela détermine la valeur et l’importance de l’islam.

Ces nationalistes ukrainiens qui jouent le jeu des USA…

Pas plus que je ne suis de ceux qui le jugent avec des formules toutes faites qui ne reflètent jamais que leur ignorance (« nouveau tsar », « ancien kagébiste », « dictateur rouge-brun », etc.), je ne suis un poutinolâtre. Vladimir Poutine n’a certainement pas que des qualités. Sa politique intérieure, ses méthodes de gouvernement peuvent sans doute être critiquées. Il y aussi, chez lui, une sorte d’indécision qui l’empêche de trancher clairement entre les différents clans qui le conseillent. Mais il n’en est pas moins évident que c’est un grand, sinon un très grand chef d’État – l’un des seuls qui existent aujourd’hui. Fort d’un taux de popularité qui excède aujourd’hui 90 %, il a remis la Russie sur ses rails, et aspire à lui rendre le rang qui lui revient. Il veut que cette Russie soit fidèle à son histoire et pense que son peuple mérite d’avoir un destin. C’est déjà énorme. Le simple fait que les États-Unis voient en lui l’obstacle n° 1 à l’instauration du nouvel ordre mondial qu’ils veulent imposer justifie à lui seul qu’on lui apporte un soutien mérité. Car ce contre quoi il se dresse nous menace aussi. Ici et maintenant.

Sur les Identitaires, la Tradition et la révolution globale

Je considère que les Identitaires sont des alliés quand ils refusent la modernité, l’oligarchie globale et le capitalisme libéral mortifère pour les cultures ethniques et les traditions.

L’ordre politique moderne est essentiellement global et est purement basé sur l’identité individuelle. C’est le pire ordre possible et il doit être totalement détruit.

Quand les Identitaires militent pour une réaffirmation de la Tradition et des anciennes cultures des peuples européens, ils ont raison. Mais quand ils attaquent les immigrés, les musulmans ou les nationalistes des autres pays (sur la base de conflits historiques), quand ils défendent les États-Unis, l’atlantisme, le libéralisme ou la modernité, quand ils considèrent la race blanche (qui est celle qui a produit la modernité) comme la race supérieure et affirment que les autres races sont inférieures, je suis en total désaccord avec eux.

Plus que cela, je ne peux défendre les Blancs contre les non-Blancs pour la seule raison que je suis un Blanc et un Indo-Européen moi-même. Je reconnais la différence des autres groupes ethniques comme une chose naturelle et je refuse toute hiérarchie entre les peuples parce qu’il n’existe pas, et qu’il ne peut pas exister, de mesure universelle pour comparer les sociétés ethniques et les systèmes de valeur.

Le mythe russe porte un nom : Igor Strelkov

 

Nous devons encore entièrement saisir ce que Strelkov signifie vraiment pour nous. Mais la rage qu’il inspire à tous les esprits démoniaques, l'envie que les caractères superficiels éprouvent envers lui, la haine qu'il provoque en Occident et au sein la junte au pouvoir à Kiev, tout cela prouve qu'il n'est pas un accident. Encore une fois, ce n’est pas comme une personne, ce n’est pas au niveau individuel, qu’il faut le juger mais comme celui qui incarne le type russe. Un russe véritable comprend tout concernant Strelkov. Il est nous-même. Il incarne le peuple, le peuple qui s’éveille.

Je demande à ceux qui me font confiance de prendre soin de son image. Il est pour nous un héritage culturel d’une énorme valeur. C’est pourquoi on a voulu l’assassiner, se débarrasser de lui, minimiser sa signification, le ridiculiser et l’abaisser. Si nous permettons que cela advienne alors nous sommes des êtres sans valeur.

À propos de l’eurasisme chretien-orthodoxe

Les termes « eurasisme orthodoxe » sont de plus en plus fréquemment utilisés par la junte putschiste au pouvoir à Kiev pour qualifier la vision du monde de la République de Novorossia. Même s’il est clair que cet élément de langage a été conçu à Washington, il est cependant, à mes yeux, tout à fait exact.

Presque tous les eurasistes historiques étaient des patriotes russes orthodoxes. Contrairement aux slavophiles et à Leontiev cependant, ils étaient sceptiques quant à la possibilité d’unir tous les Slaves du fait qu’ils estimaient que les différences culturelles, religieuses et historiques entre eux étaient plus importantes que leur proximité ethno-linguistique. Dans le même temps, ils soulignaient que la civilisation russe avait intégré dans une unité de destin un certain nombre de peuples non-slaves (Turcs, Caucasiens, peuples de Sibérie) en contact géographique avec nous.

La terre verte / L' Amérique

Le rôle des Etats-Unis, la dernière superpuissance restante dans le monde, est aujourd’hui central dans la géopolitique globale. А partir de la fin du XIXe siècle, un continent marginal, qui n’avait jusqu’alors représenté qu’une province secondaire du Vieux Monde, de l’Europe, devint progressivement un géant politiquement et culturellement autonome, jusqu’au moment où, après la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis se proposèrent comme modèle paradigmatique universel aussi bien pour ces mêmes pays d’Europe que pour l’Asie. L’importance de l’Amérique s’accrut sans cesse, se répandit un ensemble de critères idéologiques, culturels, psychologiques et même philosophiques associés à l’Amérique qui vont bien au-delà de son influence proprement économique et militaire. Se manifesta de plus en plus l’existence d’une « Amérique mythologique », d’une « Amérique comme concept », d’une « Amérique comme idée de l’Amérique ». Et si une telle « idée de l’Amérique » a pu s’enraciner dans la conscience géopolitique universelle et devenir quelque chose de « néo-sacral », il doit y avoir à cela des raisons très sérieuses associées à l’inconscient collectif de l’humanité, et à cette géographie secrète continentale qui plonge ses racines dans les millénaires mais dont le souvenir continue à vivre comme archétypes psychiques. L’objet de ce chapitre est précisément d’examiner les dessous « mythologiques » de l’Amérique comme « continent intérieur ».

LES HYPOTHèSES sur NOVOROSSIA

1. la construction rapide d'une Ukraine prospère et son entrée dans l'Union européenne et l'OTAN est exclue.

2. la mise en place d'un régime politique stable en Ukraine est exclue.
3. la préservation de l'intégrité territoriale de l'Ukraine est exclue.
4. trouver un compromis entre les autorités actuelles à Kiev et à Moscou est exclu.
5. la subordination de toute l'Ukraine à Kiev est exclue. 
6. commencer une guerre mondiale impliquant les États-Unis et les pays de l'OTAN est exclu.
7. l'entrée des troupes russes vers l'Europe est exclue.
8. le retour en arrière de la Russie en Crimée est exclu.

 

Appel aux Russes éveillés

Beaucoup de gens y vont eux-mêmes, personne ne les y envoie, personne ne les y invite. Récemment, sur les réseaux sociaux un gars d'Ekaterinbourg m'a écrit. Il dit : je vends un vieil ordinateur pour m'acheter un aller-simple à Rostov. Les gens russes vont sauver la Russie sans retour. Voilà nos héros. Nous nous appelons Mozgovoï, nous nous appelons comme ces gens sans nom qui sont en train de mourir pour nous, pour la Russie. Ce jeudi est mort mon très proche ami, le directeur de l'union de jeunesse eurasienne pour la région de Rostov, qui emmenait un convoi d'aide humanitaire, Alexandre Proselkov. Il a reçu 5 balles, dont une dans le cœur. Pour chacun de nous, c'est un malheur personnel, et une guerre personnelle.

Eurasisme : Une Arme de Guerre contre le Mondialisme

Comme prévu, la « Troisième Voie » n’a jamais existé dans le réel. La révolution populaire de Maïdan, qui partait d’une contestation légitime (dégager le mafieux Ianoukovitch) a été subvertie très rapidement par toute la clique orangiste (pro-UE) qui s’y préparait depuis longtemps. Tous les chapitres de cette pièce bien connue se sont déroulés comme au théâtre : les drapeaux européens, la romance des barricades, les snipers, Bernard-Henri-Lévy, les méchants « titushkis » (en Syrie, c’étaient « les shabihas ») et finalement la fuite du président déchu et le gouvernement de transition composé de ronds-de-cuirs occidentalisés et présélectionnés. Iatseniouk prônant « l’Open Society » (société ouverte) chère à l’activiste orangiste et milliardaire américain George Soros. La formation d’une « garde nationale » et ses uniformes américains, comme en Libye. La stigmatisation des éléments réellement révolutionnaires du Maïdan (« les extrémistes ») et la « nuit des longs couteaux » (assassinat de Shashko Biliy par la police du nouveau régime). Focalisation de la colère vers la « menace russe » extérieure. L’appel de solidarité aux nationalistes d’Europe, pour rejouer encore une fois le Front de l’Est, la Croatie ou la Géorgie face aux « russo-bolcheviks ». La formation d’une brigade de volontaires internationaux (par Gaston Besson, vétéran de Croatie et de Birmanie). Tout s’est passé comme nous l’avions prévu, au détail près.

 

Europe-marché ou Europe-puissance

Obsédés par l’économie, les « pères fondateurs » des Communautés européennes ont volontairement laissé la culture de côté. Leur projet d’origine visait à fondre les nations dans des espaces d’action d’un genre nouveau dans une optique fonctionnaliste. Pour Jean Monnet et ses amis, il s’agissait de parvenir à une mutuelle intrication des économies nationales d’un niveau tel que l’union politique deviendrait nécessaire, car elle s’avèrerait moins coûteuse que la désunion. N’oublions pas d’ailleurs que le premier nom de « l’Europe » fut celui de « Marché commun ». Cet économisme initial a bien entendu favorisé la dérive libérale des institutions, ainsi que la lecture essentiellement économique des politiques publiques qui sera faite à Bruxelles. Loin de préparer l’avènement d’une Europe politique, l’hypertrophie de l’économie a rapidement entraîné la dépolitisation, la consécration du pouvoir des experts, ainsi que la mise en œuvre de stratégies technocratiques.

L'Eurasisme selon Alexandre Douguine

La fin du XXème siècle se caractérise par la victoire totale, massive, de la « première théorie politique », le libéralisme, qui a vaincu définitivement les deux autres, le fascisme, en 1945, et le marxisme, en 1989. N’ayant plus d’adversaire capable de soutenir théoriquement et pratiquement la contradiction, et porté par sa logique destructrice, qui le mène à transcender toutes les limites, il tend, à partir de son noyau, les Etats-Unis d’Amérique, à se répandre sur toute la planète, éradiquant les racines des peuples et leur identité. De fait, il se nie lui-même, en abolissant son substrat idéologique, l’humanisme issu de la Renaissance, dont l’incarnation est l’individu. La postmodernité est en effet, après la fin des grands récits, la gestion des choses de l’économie, et le ravalement de l’homme et du réel au rang d’objet démontable et recomposable. A ce cauchemar, s’oppose le conservatisme, dans le sens que lui donnait en partie la Révolution conservatrice, concept que Douguine approfondit comme incrustation, dans l’ordre humain, de l’éternité, qui s'oppose au mythe du progrès et au « nomadisme de l'asphalte ».

Pour un Eurasisme européen

Le conflit ukrainien nous donne l'occasion de souligner à nouveau que pour répondre à l'eurasisme douguinien - comme base théorique pour une Quatrième philosophie politique - et sortir de la Nuit du Libéralisme triomphant (post-libéralisme), il faut lui répondre sur le même plan, sur un plan eurasiste, il faut nous emparer de la grille de lecture, de la méthodologie et de la question eurasiste, la formuler, théoriser un eurasisme français, dissident, un eurasisme pour la Middle Europa, car si, craintifs, conservateurs, nous voyons l'eurasisme uniquement comme une réminiscence de l'impérialisme russo-soviétique, que nous aidons à réactiver le modèle du monde bipolaire de la Guerre froide à travers une reformulation de l'opposition nécessaire au bon fonctionnement du mondialisme qui se résume à l’affrontement extrême - antiradical et antitraditionnel - communisme/national-socialisme, et que nous réduisons donc la voie eurasiste, la Quatrième théorie politique, à un néo-communisme ou un national-bolchévisme 2.0, comme complexe post-impérial et réflexe impérialiste russe, nous travaillons pour les mondialistes, reconstruisons avec eux l'ennemi idéalement nécessaire pour maintenir le statu quo, l'hégémonie du monde unipolaire/bipolaire (Multilatéralisme ?), et c'est ce que l'eurasisme sera, ou ce à quoi il servira.

Nous avons besoin d'une Europe indépendante des États-Unis

Certains experts estiment que les Américains peuvent se mêler de la situation…

Ils se sont déjà mêlés, ce sont eux qui ont organisé Maïdan. Ils avaient besoin de brouiller la Russie avec l'Allemagne et les autres pays de l'Union européenne.

Mais pourquoi ?

Premièrement, ils doivent ranimer l'image de l'ennemi pour justifier leur politique étrangère agressive. Deuxièmement, il leur faut prendre le contrôle de l'Ukraine – faible économiquement mais géopolitiquement importante – pour y déployer leurs bases militaires. L'Amérique est toujours en guerre contre nous : quand nous sommes gentils avec elle, ses méthodes sont douces, mais quand nous résistons, les méthodes durcissent. Aujourd'hui, la Russie répond à toutes les attaques des Américains, c'est pourquoi ils ont décidé de s'occuper sérieusement de nous.

Ukraine : la fin de la guerre froide n'a jamais eu lieu

L’affaire ukrainienne est une affaire complexe et aussi une affaire grave (à une autre époque et en d’autres circonstances, elle aurait très bien pu donner lieu à une guerre régionale, voire mondiale). Sa complexité résulte du fait que les données dont on dispose peuvent amener à porter sur elle des jugements contradictoires. En pareille circonstance, il faut donc déterminer ce qui est essentiel et ce qui est secondaire. Ce qui est essentiel pour moi est le rapport de forces existant à l’échelle mondiale entre les partisans d’un monde multipolaire, dont je fais partie, et ceux qui souhaitent ou acceptent un monde unipolaire soumis à l’idéologie dominante que représente le capitalisme libéral. Dans une telle perspective, tout ce qui contribue à diminuer l’emprise américano-occidentale sur le monde est une bonne chose, tout ce qui tend à l’augmenter en est une mauvaise.

 

La guerre contre la Russie dans sa dimension idéologique

La guerre contre la Russie est actuellement la problématique la plus discutée en Occident. Il ne s’agit encore que d’une suggestion et d’une possibilité. Cela peut devenir une réalité en fonction des décisions prises par les différentes parties impliquées dans le conflit ukrainien (Moscou, Washington, Kiev, Bruxelles). Je n’entends pas discuter ici tous les aspects de ce conflit ainsi que son histoire. J’aimerais proposer à la place une analyse de ses racines idéologiques profondes. Ma vision des principaux événements s’appuie sur la Quatrième Théorie Politique dont j’ai exposé les principes dans mon ouvrage du même nom (publié en français aux éditions Ars Magna). Je ne vais ainsi pas étudier la guerre de l’Occident contre la Russie en évaluant ses risques, dangers, problèmes, coûts et conséquences mais plutôt sa signification idéologique à l’échelle du monde. Je vais ainsi réfléchir sur le sens d’une telle guerre et non sur la guerre elle-même (réelle ou virtuelle).

Pages